Clitoris mon ami !

On est plusieurs à avoir vu la super vidéo québécoise sur le clitoris – si vous ne l’avez pas vu, la voilà :

C’est par Lori Malepart-Traversy – elle est sur Facebook, likons-la !

Ce que j’adore c’est comme elle se moque de la « découverte » du clitoris – on est nombreuse à l’avoir découvert toute seule et il n’y a pas de raison de croire que des femmes dans l’antiquité ne le trouvaient pas non plus.

Donc un peu plus d’histoire pour épater les amis – le mot « clitoris » vient du grec et son origine est … disputée. Il y a des personnes qui disent qu’il veut dire « colline » pour parler du Mont de Venus. Mais il y en a d’autres qui le lie plutôt au mot « clef » – le clitoris qui permet de fermer et d’ouvrir la vulve – c’est plus juste ! Si vous voulez plonger dans le grec ancien c’est ici.

Une clef … qu’on enlève dans l’excision. Eh oui, parlons de l’excision. C’est un peu tabou, on peut refuser d’y penser mais il y a des femmes excisées partout et ceci depuis au moins 2000 ans. Le nombre de femmes excisées dans le monde est estimé à environ 140 millions. Avec tous les problèmes de santé et de sexualité associés. Donc brisons le tabou, c’est à tout le monde de s’éduquer et de s’informer.

Parfois juste le gland, parfois tout le tissu autour du vulve, donc les bulbes du clitoris aussi. On dit que c’est traditionnel mais comme m’a dit un pote Togolais “c’est pour l’empêcher la femme d’aller voir ailleurs”. Une femme avec tout son clitoris est incontrôlable !

Heureusement grace aux luttes des unes et des autres, le nombre de femmes excisées est en chute libre à Togo et se réduit dans le monde entier.

Tous les clitoris ne sont pas persécutés en Afrique, loin de cela. Ailleurs, le clitoris est bien apprécié depuis au moins 800 ans. Au Rwanda et les régions autour, les hommes pratiquent le “kunyaza“, une technique de frottement du clitoris et les lèvres avec le pénis (et parfois avec la bouche) afin de faire jouir la femme. Nsekuye Bizimana, auteur rwandais, a écrit un livre pour enseigner les techniques que vous pouvez commander chez votre bibliothécquaire, si le coeur vous en dit.

Faire éjaculer une femme par les mêmes méthodes s’appelle le “kunyara“. Les Rwandais ont des tapis spéciaux qu’ils peuvent mettent au soleil pour sécher après – c’est pratique !

Vous pouvez en découvrir plus dans une autre vidéo canadienne du série “Le Sexe Autour du Monde” que j’ai trouvé sur le web. Je ne suis pas sûre que le mec qui l’a posté en a le droit, donc regardez-la vite avant qu’on ne l’enlève … !:

À vous de jouer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *